Fermer le menu
Logo Tours

Les activités du centre : 

PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ CHEZ LA FEMME

Les techniques proposées

  • La conservation d’embryons

POUR QUI ?

Cette technique s’adresse uniquement aux patientes vivant en couple, ayant déjà ou non des enfants. Elle fait intervenir le conjoint dans la prise en charge.

Cette technique constitue, à la différence de la conservation d’ovocytes, une préservation de fertilité du couple et non de la patiente. Cela signifie que les embryons ne pourront être utilisés ultérieurement que si le couple existe toujours.

QUAND ?

La congélation des embryons doit être réalisée avant tout traitement pouvant avoir des répercussions sur la fertilité.

COMMENT ?

Cette technique nécessite un délai minimum d’environ 15 jours afin de réaliser une stimulation hormonale des ovaires. Le traitement hormonal est étroitement surveillé par des échographies et des prises de sang répétées à intervalle de temps régulier.

A l’issue du traitement, les ovocytes sont recueillis au cours d’une ponction qui s’effectue par voie transvaginale sous contrôle échographique. Une anesthésie générale peut être envisagée. Les ovocytes sont alors mis en fécondation avec les spermatozoïdes du conjoint pour obtenir des embryons. Les embryons sont ensuite congelés au laboratoire par une technique de vitrification (congélation ultra-rapide) et stockés dans de l’azote liquide.

ET APRÈS LE CANCER ?

En cas difficulté pour concevoir à l’issue du traitement anticancéreux, les embryons pourront être transférés à la patiente. Les taux de grossesse obtenus après un transfert embryonnaire sont de l’ordre de 35%.

  • La conservation d’ovocytes
  • La conservation de tissus ovariens
  • La conservation d’ovocytes

POUR QUI ?

Cette technique s’adresse aux patientes pubères, qu’elles soient célibataires ou en couple, ayant ou non des enfants.

QUAND ?

La congélation des ovocytes doit être réalisée avant tout traitement pouvant avoir des répercussions sur la fertilité.

COMMENT ?

Cette technique nécessite un délai minimum d’environ 15 jours afin de réaliser une stimulation hormonale des ovaires. Le traitement hormonal est étroitement surveillé par des échographies et prises de sang répétées à intervalle de temps régulier.

A l’issue du traitement les ovocytes sont recueillis au cours d’une ponction qui s’effectue par voie transvaginale sous contrôle échographique. Une anesthésie générale peut être envisagée.

Les ovocytes sont ensuite congelés au laboratoire par une technique de vitrification (congélation ultra-rapide) et stockés dans de l’azote liquide.

ET APRÈS LE CANCER ?

En cas de difficulté pour concevoir à l’issue du traitement anticancéreux, les ovocytes pourront être décongelés pour réaliser une Fécondation In-Vitro (FIV).

Il est nécessaire d’obtenir un nombre suffisant d’ovocytes matures pour obtenir des taux de grossesse satisfaisants. Si cette condition est remplie, les taux de grossesse se rapprochent des taux de grossesse obtenus par FIV dans le cadre de l’infertilité et sont de l’ordre de 30 %.

  • La conservation de tissus ovariens

POUR QUI ?

Cette technique peut être proposée à toutes les patientes. C’est la seule technique accessible aux patientes non pubères. Elle a l’avantage de ne nécessiter aucun délai de prise en charge mais offre des résultats, en taux de grossesse, inférieurs aux 2 autres techniques.

QUAND ?

Même s’il est toujours préférable d’envisager toute technique de préservation de la fertilité avant le début du traitement potentiellement stérilisant, cette technique peut dans certains cas être proposée même si la patiente a déjà reçu un traitement anticancéreux.

COMMENT ?

Il s’agit de prélever au cours d’un geste chirurgical (cœlioscopie le plus souvent) un ovaire entier ou partiel. Au laboratoire, celui-ci est alors disséqué en fragments afin de ne congeler que la corticale ovarienne (enveloppe externe), qui contient les futurs ovocytes. Les fragments sont congelés et stockés dans l’azote liquide jusqu’à ce que la patiente ait un désir d’enfant.

ET APRÈS LE CANCER ?

Actuellement deux techniques sont à l’étude pour l’utilisation de ces fragments :

– l’autogreffe des fragments de cortex ovarien. Il s’agit de la seule technique qui ait permis la naissance d’enfants (60 naissances répertoriées dans le monde à ce jour).

– la culture des fragments de cortex ovarien au laboratoire dans le but d’obtenir des ovocytes matures. Cette technique est encore expérimentale, mais peut être proposée chez la petite fille, dans l’espoir d’avancées scientifiques futures.

Mode d’emploi de la plateforme de préservation de la fertilité

1 – Prendre un rendez-vous de consultation auprès de la plateforme de préservation de la fertilité du CHRU de Tours

La plateforme est ouverte aux femmes de 0 à 40 ans, quel que soit leur statut marital, même lorsqu’une prise en charge n’est a priori pas réalisable, afin de répondre à leurs questions.

La consultation est réalisée par un binôme clinico-biologique. Une consultation avec une psychologue peut-être proposée si nécessaire.

Les examens complémentaires non prescrits en amont de la consultation seront réalisés sur place, ainsi qu’une échographie pour déterminer la réserve ovarienne de la patiente.

Si la patiente est sous contraception orale, NE PAS L’INTERROMPRE (et enchaîner les plaquettes en fin de cycle) sauf en cas de contre-indication liée à la maladie.

La plateforme du CHRU de Tours est accessible par un n° d’appel unique
02 47 47 39 38
du lundi au vendredi de 9h à 17h
En dehors de ces horaires, vous pouvez contacter la plateforme par mail : 

Cette ligne est strictement réservée à la demande de rendez-vous avant traitement oncologique par les professionnels de la cancérologie, ou par les patients adressés par leur équipe de cancérologie (proposition de rendez-vous dans les 72h – jours ouvrés)

2 – Transmettre la fiche de liaison

Afin de faciliter la prise en charge des patientes, une fiche de liaison est à votre disposition pour transmettre les informations médicales à la plateforme de préservation de la fertilité.

N° de fax de la plateforme de préservation de la fertilité : 02 47 47 92 17

3. Prescriptions à effectuer pour les patientes adressées

S’ils ne sont pas prescrits en amont de la consultation, les examens seront réalisés sur place, dans le même temps que la consultation.

PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ CHEZ L’HOMME

Les techniques proposées

  • La conservation de tissus testiculaires

POUR QUI ?

Cette technique est réservée aux patients non pubères.

QUAND ?

Même s’il est toujours préférable d’envisager toute technique de préservation de la fertilité avant le début du traitement potentiellement stérilisant, cette technique peut dans certains cas être proposée même si le patient a déjà reçu un traitement anticancéreux.

COMMENT ?

L’objectif de cette technique est de proposer le prélèvement d’une partie d’un ou des 2 testicules, de congeler et de conserver le tissu testiculaire.

ET APRÈS LE CANCER ?

Cette technique n’a, à ce jour, pas permis d’obtenir de grossesse dans l’espèce humaine, mais des recherches (culture de tissu testiculaire in vitro, greffes…) sont actuellement en cours et permettront peut-être à l’avenir d’obtenir une grossesse à partir de tissu testiculaire congelé.

  • L’autoconservation de spermatozoïdes

POUR QUI ?

Cette technique s’adresse à tous les hommes pubères (jusqu’à 60 ans) qui vont subir un traitement ou intervention chirurgicale qui risquent d’avoir un impact sur leur fertilité.

QUAND ?

La congélation des spermatozoïdes doit être réalisée avant tout traitement pouvant avoir des répercussions sur la fertilité.

COMMENT ?

Le sperme est recueilli par masturbation au laboratoire. Un délai d’abstinence de 2 à 8 jours est recommandé avant le prélèvement. Deux à trois recueils sont nécessaires, espacés au minimum de 2 jours. Il faut donc prévoir un délai d’1 semaine avant la mise en route du traitement potentiellement stérilisant.

Au laboratoire, les paramètres spermatiques sont analysés, puis les spermatozoïdes sont congelés en paillettes haute sécurité. Les prélèvements sont ensuite stockés dans l’azote liquide. Une fois congelé, le sperme peut être conservé très longtemps, sans que le pouvoir fécondant ne soit altéré.

ET APRÈS LE CANCER ?

En cas d’infertilité suite aux traitements anticancéreux, les prélèvements de sperme auto-conservés pourront être utilisés grâce à des techniques d’Assistance Médicale à la Procréation : inséminations intra-utérines (IAC) ou Fécondation In Vitro (FIV). Les taux de grossesse correspondant sont de l’ordre de 15% par tentative pour les IAC et 35% par tentative pour la FIV.

Au CHRU de Tours, pour les patients pubères et non pubères

Mode d’emploi pour la préservation de la fertilité masculine

1. Prendre un rendez-vous de consultation auprès de la plateforme de préservation de la fertilité du CHRU de Tours

La plateforme est ouverte aux hommes de 0 à 60 ans, quel que soit le statut marital.

Le 1er recueil de sperme est toujours précédé d’une consultation avec un biologiste afin d’informer le patient sur les modalités de l’autoconservation de sperme et de lui faire signer un consentement. Une consultation avec une psychologue peut-être proposée si nécessaire.

La plateforme du CHRU de Tours est accessible par un n° d’appel unique
02 47 47 39 38
du lundi au vendredi de 9 h à 17 h
En dehors de ces horaires, vous pouvez contacter la plateforme par mail : 

Cette ligne est strictement réservée à la demande de rendez-vous avant traitement oncologique par les professionnels de la cancérologie, ou par les patients adressés par leur équipe de cancérologie (proposition de RDV dans les 24h – jours ouvrés). 

2. Transmettre la fiche de liaison

Afin de faciliter la prise en charge des patients, une fiche de liaison est à votre disposition pour transmettre les informations médicales à la plateforme de préservation de fertilité.

N° de fax de la plateforme de préservation de fertilité: 02 47 47 92 17

3. Prescriptions à effectuer pour les patients adressés

S’ils ne sont pas prescrits en amont de la consultation, les examens seront réalisés sur place, dans le même temps que la consultation.

Au CHR d’Orléans, pour les patients pubères