Promontofixation par coelioscopie

Pathologie

Définition : prolapsus ou « descente d’organe »

Un prolapsus est défini par l’issue d’un organe par un orifice naturel. Au niveau du périnée, l’orifice vaginal est une zone de faiblesse par laquelle peuvent s’extérioriser la vessie (cystocèle), l’utérus (colpocèle), le rectum (rectocèle). Ces descentes d’organe quand elles sont importantes sont responsables d’une gêne, de douleurs ou de difficultés lors des rapports sexuels.

Schéma pelvis femmeSchéma cystocèle

Face à ces prolapsus, votre chirurgien dispose de plusieurs techniques pour rétablir l’anatomie du périnée et éviter la descente d’organe. La promontofixation est une des techniques. Il s’agit pour le chirurgien de renforcer la paroi vaginale par des prothèses (bandelettes).

Intervention

Objectif

Retendre la paroi vaginale en interposant une bandelette de tissu synthétique entre la vessie et le vagin en avant, et en arrière entre le rectum et le vagin.

Techniques

Durée opératoire : 1 à 3 heures

L’intervention se déroule sous anesthésie générale.

Une technique de coelioscopie est utilisée. En cas de difficultés pendant l’intervention, le chirurgien peut effectuer une conversion, c’est-à-dire opérer à ciel ouvert.

Une sonde vésicale est posée en début d’intervention.

4 orifices sont faits par le chirurgien sur la paroi abdominale afin de mettre les instruments permettant l’opération. Le plus grand orifice se situe à l’ombilic. Du gaz carbonique est insufflé dans le ventre afin de créer un espace de travail.

Les espaces entre la vessie et le vagin, puis le vagin et le rectum sont disséqués afin de pouvoir disposer les bandelettes de renfort. Une fois fixées, ces bandelettes sont tendues vers le haut et attachées à la partie antérieure du sacrum (appelée promontoire).

Enfin le gaz carbonique est enlevé de l’abdomen et les trous opérateurs sont fermés.

Suites postopératoires

Durée d’hospitalisation : de 2 à 4 jours.

Votre chirurgien décide de la date d’ablation de la sonde vésicale, le plus souvent le lendemain de l’intervention.

Il peut y avoir une compresse dans le vagin, si c’est le cas elle sera enlevée le lendemain de l’intervention.

Les fils de suture sur la peau sont résorbables, ils disparaissent en 2 à 3 semaines.

Convalescence

Pendant le mois qui suit l’intervention il est déconseillé d’effectuer des efforts et de porter des charges lourdes afin de ne pas augmenter les pressions dans l’abdomen.

La reprise d’une activité normale se fait au-delà d’un mois.

Après l’intervention, il peut survenir des fuites urinaires modérées lors des efforts. Si une bandelette a été posée entre le vagin et le rectum des troubles de l’exonération peuvent survenir.

Complications

Immédiates

Fréquente

Rares

Exceptionnelles

Tardives

Fréquente

Rares

Exceptionnelles

02 47 47 47 47 / Standard