Surveillance virologique

Quels sont les objectifs ?

Connaître le nombre et les caractéristiques des personnes découvrant leur séropositivité VIH, en suivre l’évolution, et fournir des données permettant d’estimer le nombre de nouvelles contaminations, c'est-à-dire l’incidence du VIH.

Qui doit déclarer ?

  • Tout biologiste qui diagnostique une infection par le VIH, pour la première fois dans son laboratoire (même si la personne a pu avoir auparavant une sérologie positive dans un autre laboratoire).
  • Tout médecin ayant prescrit une sérologie ayant donné lieu à un diagnostic d’infection VIH, ou prenant en charge une personne dont la séropositivité vient d’être découverte.

Comment déclarer ?

Cette notification, mise en place en 2003, est initiée par les biologistes qui doivent déclarer en créant un code d'anonymat toute personne dont la sérologie VIH est confirmée positive pour la première fois pour leur laboratoire. Les informations cliniques et épidémiologiques sont complétées par le médecin prescripteur du test (ou en l’absence de prescription, par le médecin prenant en charge le patient) (cf. définition de cas ci-dessous).
Le circuit initial des notifications repose(ait) sur des feuillets papier adressés aux médecins des Agences régionales de santé (ARS) qui les transmettent(aient) ensuite à l'InVS. 
Les doublons (plusieurs déclarations pour une même personne) sont détectés à l’InVS grâce au code d’anonymat, ce qui permet de ne pas les compter comme de nouveaux cas mais de compléter la notification initiale.

logo edoDepuis le 1er avril 2016, la déclaration se fait en ligne via l’application e-do (http://www.e-do.fr/). Les modalités de déclaration sont donc différentes du circuit papier. Les biologistes n’ont plus à transmettre de feuillet de notification au clinicien. Chaque co-déclarant (clinicien et biologiste) fait une déclaration de manière indépendante dans l’application e-do. Dans le cadre de la surveillance virologique, les biologistes transmettent comme auparavant au CNR VIH un échantillon de sérum ou plasma sur buvard, accompagné du formulaire imprimé à partir de l’application e-do.

 

Information aux personnes

En application de la loi informatique et libertés, chaque personne dont la maladie est déclarée doit être informée individuellement par son médecin. Cette information porte sur la finalité de la notification, les informations transmises, les garanties de protections de l'anonymat et le droit d'accès et de rectification de la personne aux données qui la concernent. Deux fiches d'information reprenant ces points sont disponibles sur le site de Santé Publique France (SPF), l'une pour le VIH, l'autre pour le sida. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la rubrique dédiée au dispositif de surveillance des maladies à déclaration obligatoire.

Matériel

1) Circuit papier :

  • Logiciel d’anonymisation disponible sur simple demande auprès de SPF.
  • Fiches de notification du VIH sous forme de liasses autocopiantes, disponibles auprès de l’ARS du lieu d’exercice du déclarant. Il existe 2 fiches différentes, l’une pour les enfants de moins de 15 ans, l’autre pour les adolescents et adultes de 15 ans et plus.
  • Fiche d’information sur la déclaration VIH, pour le patient.
  • Fiche d’information sur les maladies à déclaration obligatoire, pour le patient.

2) e-do :

Se connecter sur le site http://www.e-do.fr/. Pour cela il faut disposer d’une carte CPS (Carte de Professionnel de Santé) et d’un lecteur de carte.

Les pré-requis techniques pour accéder à l’application sont disponibles sur ce site.

3) Surveillance virologique :

Buvards, sachets et enveloppe pré-affranchie disponibles auprès de l’ARS du lieu d’exercice du déclarant.

Comment déposer les échantillons de sérum ou plasma pour la surveillance virologique ?

  • Poser le buvard sur papier type aluminium pour protéger la paillasse.
  • Déposer 20 µl de sérum ou plasma dans chacun des 6 cercles imprimés sur le buvard préalablement identifié (4 premières lettres du code d’anonymat).
  • Mettre le buvard à la verticale dans une entaille de support type polystyrène et laisser sécher 1 h à température ambiante.
  • Une fois sec, mettre chaque buvard dans un sachet plastique et l'adresser au CNR dans l'enveloppe pré-affranchie fournie par l'ARS.

02 47 47 47 47 / Standard