Le don de spermatozoïdes

Les donneurs

Pourquoi donner son sperme ?

Chaque année environ 100 nouveaux couples demandeurs s’inscrivent dans notre CECOS pour bénéficier d’une AMP avec sperme de donneur.
Les délais d’attente peuvent aller jusqu’à 18 mois. 
Seulement 10 à 15 donneurs de spermatozoïdes se présentent chaque année.

Le nombre d’enfants nés du don de spermatozoïdes d’un même donneur étant limité, il est nécessaire d’avoir un renouvellement permanent des dons pour répondre à la demande dans un délai raisonnable.

Nous avons besoin de votre aide.

Si vous faites partie des nombreux couples heureux d’avoir des enfants, et sensibles à la détresse de ceux qui en sont privés vous pouvez aider des couples en difficulté en faisant vous même un don.

Pour qui donner son sperme ?

Les spermatozoïdes sont donnés aux couples ayant effectué les différentes démarches médicales et légales
en conformité avec la loi de bioéthique de 1994 révisée en 2004.

Le don de gamètes est, en France, strictement limité à des fins médicales :

  • Remédier à une infertilité médicalement diagnostiquée si l’homme n’a pas de spermatozoïdes naturellement ou s’il a subi un traitement qui les a détruit ( chimiothérapie)
  • Eviter la transmission à l’enfant ou a l’un des membres du couple d’une maladie d’une particulière gravité

Conditions pour être donneur de sperme

A la première consultation les différentes modalités du don vous sont expliquées.
Un premier recueil de sperme sera réalisé afin d’évaluer sa tolérance à la congélation/décongélation.
Si le test de congélation est correct, vous définirez avec le biologiste l’organisation des rendez-vous suivants au cours desquels vous effectuerez des recueils supplémentaires et les examens nécessaires (3 à 5 environ).
Au cours d’un de ces déplacements une consultation de génétique, une prise de sang ( caryotype et sérologies virales) seront alors réalisées .
Un nouvelle prise de sang pour les sérologies vous sera demandée 6 mois après votre dernier don.

Cadre juridique

Les spermatozoïdes ne peuvent être utilisés que dans le cadre d’une assistance médicale à la procréation pour un couple (homme et femme) en âge de procréer, marié ou justifiant d’une vie commune.

La loi limite à 10 le nombre d’enfants issus du sperme d’un même donneur.

La responsabilité du donneur envers les éventuels enfants issus du don n’est jamais engagée: aucune filiation ne peut être établie entre l’enfant et le donneur de sperme.

Contacter le CECOS

Pour tout renseignement s’adresser au :
CECOS
Dr FRAPSAUCE
CHU Bretonneau
Boulevard Tonnellé
37044 TOURS

Tél. : 02 47 47 88 97 de 8h à 16h00
Rendez vous : 8h à 14h du Lundi au Vendredi

Les receveurs

Cadre médical :

  • Infertilité médicalement diagnostiquée ou transmission d’une maladie d’une particulière gravité

Cadre juridique

  • Couple (homme et femme) mariés ou vie commune, en âge de procréer.
  • Un consentement concernant la filiation des enfants issus du don doit être recueilli devant le notaire ou auprès du tribunal de grande instance. Cette démarche interdit par la suite toute démarche d’exclusion de maternité ou de paternité. Ce consentement est lui aussi révocable.

Appariemment 

S’il est bien évidement impossible de trouver une identité parfaite entre donneurs et receveurs, nous essayons d’apparier dans la mesure du possible les caractéristiques physiques: couleur de la peau, des yeux, des cheveux et le groupe sanguin.

Le couple est prévenu si cette attribution ne serait pas compatible et peut demander à surseoir à la AMP (Assistance Médicale à la Procréation) en attente d’une attribution plus conforme ou signer un document autorisant l’utilisation de paillettes non compatibles avec leurs caractéristiques physiques et/ou leur groupes sanguins

Différentes techniques d’AMP peuvent être utilisées, en fonction de la fertilité de la conjointe :

  • Insémination artificielle (IAD) : ces inséminations se font soit en déposant le sperme au niveau du col de l’utérus soit en déposant les spermatozoïdes directement dans l’utérus. Selon les cas, ces inséminations seront faites soit en cycle spontané (sans traitement), soit après une stimulation ovarienne. 6 cycles sont pris en charge par la Sécurité Sociale.
  • Fécondation in vitro ( FIV D) : Elle peut être proposée en cas d’échec d’IAD (6 ou moins) ou d’emblée selon le statut de la conjointe. 4 tentatives sont prises en charge par la Sécurité Sociale.

Résultats au CHRU de Tours en 2014

Insémination artificielle (IAD) 
Taux de grossesse clinique par cycle : 24% (20,8% en 2013)

Fécondation in vitro ( FIV D)
Taux de grossesse clinique par cycle : 30% (36% en 2013)

 

02 47 47 47 47 / Standard