Le bilan masculin

Les facteurs de risque d’infertilité

Un certain nombre de facteurs généraux d’altération de la fertilité sont communs avec la femme.

Les paramètres du sperme s’altèrent avec l’âge même si cette altération est moins systématique et importante que l’altération de la fertilité féminine.

L’obésité et les perturbations métaboliques associées s’accompagnent parfois d’altérations de la fonction spermatique.

Le tabac, les drogues et l’alcool altèrent la fertilité masculine. Leur arrêt est donc recommandé.

Le diabète mal surveillé peut entraîner des troubles de l’éjaculation (éjaculation rétrograde dans la vessie)

L’environnement professionnel peut être à l’origine d’une altération de la fertilité. Renseignez vous auprès de votre médecin du travail.

Certains médicaments peuvent altérer la libido (désir sexuel). Certains médicaments peuvent altérer la production de spermatozoïdes.

Une chimiothérapie et radiothérapie après la puberté peuvent altérer la spermatogenèse de façon plus ou moins définitive. Une conservation des spermatozoïdes avant traitement est alors proposée.

La cryptorchidie de l’enfance (testicule(s) non descendu(s) dans les bourses) s’accompagne plus fréquemment d’altérations du sperme et nécessite une surveillance testiculaire régulière.

Les infections uro-génitales peuvent être à l’origine d’altérations du sperme.

L’examen de sperme (spermogramme)

L’étude du sperme (spermogramme-spermocytogramme) est réalisée au début du bilan d’infertilité.

Cette analyse permet d’étudier le nombre, la mobilité, la vitalité et la morphologie des spermatozoïdes.

Des variations importantes de ces valeurs sont observées chez tous les individus d'un examen à l'autre, justifiant la répétition de cet examen.

Le spermogramme est, si nécessaire, associé à d’autres examens complémentaires :

  • Test dans la glaire cervicale (test croisé/test de pénétration)
  • Spermoculture
  • Recherche d’anticorps anti-spermatozoïdes

Prise de rendez-vous pour spermogramme uniquement sur prescription médicale.

Les rendez-vous sont à prendre au secrétariat du Laboratoire Spermiologie-CECOS
Tél : 02 47 47 88 97 de 8H00 à 16H00 du lundi au vendredi.

Apportez votre attestation, une pièce d'identité et votre carte de sécurité sociale.
Les prélèvements sont réalisés entre 8H00 et 12H00 du lundi au vendredi (sauf jours fériés) et de 8H00 à 9H00 le samedi.

Avant votre examen, respectez une période de 2 à 8 jours sans éjaculation.

Vous devrez préciser lors de votre venue tout épisode de fièvre, la prise de médicament ou tout autre événement de santé intervenu dans les trois mois précédant l’examen.

Le recueil du sperme se fait par masturbation, dans une pièce isolée. Des mesures d’hygiène vous seront expliquées afin de faire le recueil le plus stérilement possible.
Vous pouvez être accompagné de votre compagne.

Les résultats vous seront adressés directement ainsi qu'au Médecin prescripteur dans les 3 semaines suivant le prélèvement.

Test de séparation des spermatozoïdes

2 tests de séparation des spermatozoïdes complètent obligatoirement le spermogramme afin de choisir l’orientation thérapeutique ultérieure (Insémination ou Fécondation In Vitro).

Le test post coïtal (test de Hühner)

Ce test évalue la capacité des spermatozoïdes à progresser dans la glaire du col de l’utérus.

  • Ce test est réalisé juste avant l’ovulation, au moment où la sécrétion de glaire cervicale est optimale.
  • Le couple doit avoir un rapport sexuel la veille au soir du test. 
  • La glaire cervicale est prélevée lors d’un examen gynécologique.
  • Le résultat orientera la démarche diagnostique et thérapeutique.

Examens complémentaires

Le bilan hormonal sanguin

Le bilan hormonal sanguin comprend le dosage sanguin de FSH, LH, testostérone et l'inhibine B.

Il est prescrit surtout en cas de diminution du nombre de spermatozoïdes et doit être réalisé le matin étant donné la chute physiologique de la testostérone en milieu de journée.
Ce bilan apprécie le fonctionnement testiculaire.
D’autres paramètres hormonaux peuvent être étudiés selon l’indication médicale.

L’échographie des voies génitales :

  • L’échographie testiculaire
    Elle est systématiquement réalisée lorsqu’il existe une altération des paramètres spermatiques et particulièrement en cas d’antécédent de cryptorchidie. En effet, le risque de survenue d’un cancer testiculaire est plus important dans ces deux situations.
  • L’échographie des glandes annexes (prostate, vésicules séminales)
    Cet examen réalisé par voie endorectale à l’aide d’une petite sonde échographique doit être pratiqué par un opérateur expérimenté. 
    Il permet de rechercher des séquelles inflammatoires des glandes annexes et des malformations congénitales. 

Le bilan génétique

Il est réalisé par une prise de sang.

  • Le caryotype :
    Il a pour but d’étudier la formule chromosomique d’un individu en cas de diminution sévère du nombre de spermatozoïdes ou d’anomalies importantes de la morphologie des spermatozoïdes. 
    Pour réaliser cet examen un consentement signé du patient est nécessaire.
    La formule normale d’un individu de sexe masculin est 46 XY.
    Des anomalies touchant le nombre de chromosomes sexuels ou des anomalies de structure des autres chromosomes sont retrouvées dans 5 à 10 % des cas. 
  • La recherche d’une microdélétion du chromosome Y :
    Cet examen est prescrit lorsque la numération des spermatozoïdes est inférieure à 1 million/ml.
    En cas de microdélétion, il manque des gènes importants pour une production normale de spermatozoïdes.
    Cette anomalie se transmet obligatoirement à un garçon puisqu’il hérite du chromosome Y paternel et jamais à une fille.

La biopsie testiculaire exploratoire

Il s’agit d’une intervention chirurgicale qui est pratiquée en cas d’absence totale de spermatozoïdes (azoospermie) dans l'éjaculat. Elle a pour but de déterminer s’il est possible de retrouver des spermatozoïdes au niveau testiculaire.
L’intervention s’effectue le plus souvent sous anesthésie générale quelquefois sous rachianesthésie dans le service de gynécologie.
Elle nécessite une hospitalisation d’une journée suivie d’un arrêt de travail d’environ 8 jours.

Un fragment testiculaire est prélevé sur chaque testicule et conservé dans un milieu de survie. Une partie du fragment est étudiée dans la journée par l’équipe de FIV tandis qu’une autre partie est envoyée pour étude histologique.

Si un nombre suffisant de spermatozoïdes est retrouvé, une congélation des spermatozoïdes sera effectuée et une FIV sera envisageable ultérieurement. Une fécondation par ICSI sera réalisée en raison de la très faible mobilité des spermatozoïdes testiculaires.

Si aucun spermatozoïde n’est retrouvéle recours à une alternative, don de sperme ou adoption sera alors proposé après discussion en réunion pluridisciplinaire.

Les sérologies

Elles ont pour but de contrôler l’absence d’infections sexuellement transmissibles.
Elles sont prescrites de façon systématique.

 

02 47 47 47 47 / Standard