Avulsion de dents de sagesse ou de dents

I.     Indications de l’intervention

L’avulsion, ou extraction, des dents de sagesse consiste à enlever les troisièmes molaires du haut et/ou du bas situées à l’extrémité de la denture (angle de la mâchoire et tubérosité du maxillaire supérieur). Ces dents doivent être extraites :

  • Soit parce qu’elles sont en mauvaise position, incluses dans l’os, enclavées et qu’elles ont été ou seront à l’origine de douleurs, d’inflammation voire d’infections,
  • Soit parce qu’elles risquent de perturber le bon alignement de vos dents par manque de place (l’indication est souvent portée par l’orthodontiste),
  • Soit parce qu’elles sont cariées et ne peuvent plus bénéficier de soins traditionnels.

Des avulsions dentaires multiples le plus souvent sont décidées quand l’état de délabrement de ces dents ne permet plus leur soins, lorsqu’il une infection ou quand un traitement agressif pour une pathologie va être mis en route.

II. Intervention

1.    Avant l’intervention

En cas d’anesthésie générale, une consultation avec un médecin anesthésiste est obligatoire.

Ne pas prendre d’aspirine dans les 10 jours précédents l’intervention

2.    Technique opératoire

Durée opératoire : 15 à 60 min

L’intervention peut être réalisée au fauteuil dentaire en cas d’anesthésie locale où seule la gencive est anesthésiée, on procède généralement par l’ablation de 2 dents de sagesse en 1 séance (généralement celles du même coté), puis des 2 autres lors d’une autre séance.

Au bloc opératoire en cas d’anesthésie générale où l’enfant est totalement endormi.

Quand la dent est sortie sur l’arcade dentaire, le chirurgien ou le dentiste utilise des pinces pour extraire la dent

Quand la dent est incluse dans l’os, une incision est pratiquée en arrière de la 2ème molaire sur 1 à 1,5 cm et un décollement de la gencive est effectué sur la dent précédant la zone d’extraction. L’extraction dentaire elle-même est effectuée généralement après dégagement de l’os au moteur et éventuelle section de la dent en plusieurs morceaux afin de la retirer aisément.

La dent étant extraite, une fermeture de la muqueuse est effectuée avec du fil résorbable, c'est à dire qu'ils s'en iront tout seul au bout de 21 jours.

3.    Suites post-opératoires et convalescence

Durée d’hospitalisation : sortie le soir même ou le lendemain

La douleur au niveau des zones opérées est plus fréquente en bas qu’en haut. Elle cède souvent avec des antalgiques et disparaît en quelques jours. Un traitement adapté sera prescrit à votre sortie par votre chirurgien. Des glaçons enrobés dans un linge (pas directement sur la peau) diminuent le gonflement et la douleur

L’œdème (gonflement des joues) est fréquent mais très variable, surtout chez l’adolescent.

Une limitation de l'ouverture buccale est fréquente pendant quelques jours. Il faudra donc prévoir une alimentation molle.

Les antibiotiques  sont souvent prescrits pour une durée de 5 à 10 jours

L’alimentation doit être molle, tiède ou froide. Il faut éviter une nourriture trop chaude, trop épicée ou trop acide, comme les jus d’orange.

Une bonne hygiène buccale est indispensable, malgré les œdèmes et les douleurs, pour que la cicatrisation se fasse sans complication. Après chaque repas, les dents et les gencives devront être nettoyées par brossage. Des bains de bouche sont prescrits en complément du brossage. Un jet hydropulseur peut également être utilisé.

I.     Complications

1.    Immédiates

a.    Fréquentes

Saignements : un petit saignement peut persister pendant quelques heures à une nuit suivant l'intervention. Le traitement consiste à appliquer une compresse sur la zone de l'extraction et mordre sur celle-ci tant que le saignement ne s'est pas arrêté.

b.    Rares

Lésion de la deuxième molaire à côté de la dent de sagesse (perte d’un amalgame, lésion d’une couronne, parfois mobilisation et nécrose).

Hypoesthésie ou anesthésie  de la lèvre inférieure : c’est une diminution ou une perte de la sensibilité de la lèvre inférieure. Le nerf alvéolaire inférieur chemine à l’intérieur de la mandibule en passant sous les racines des dents. Lorsqu’il est au contact des racines dentaires il peut être lésé entraînant une perte de la sensibilité de la lèvre inférieure  du côté atteint, temporaire ou exceptionnellement définitive.

Anesthésie du bord de la langue : C’est une perte de la sensibilité de la langue du côté de la lésion. Le nerf lingual est situé au à proximité de la partie interne de la mandibule. Cette perte de sensibilité est le plus souvent temporaire (quelques jours à quelques semaines) ou exceptionnellement  permanente.

Cellulite : c’est une infection des tissus mous de la joue, elle peut survenir quelques jours à quelques semaines après l’extraction. Elle cède par un traitement antibiotique adapté.

Alvéolite : infection de l’alvéole dentaire (orifice laissé libre après l’extraction) qui survient de quelques jours à 3 semaines après. Elle entraîne des douleurs surtout nocturnes importantes et nécessite des soins locaux

Communication entre le sinus maxillaire et la bouche pour les dents supérieures, elle se ferme spontanément en 15 jours à 3 semaines. Une persistance au-delà justifie un traitement chirurgical adapté.

Blessure accidentelle de la muqueuse ou d’autres organes par les instruments chirurgicaux.

c.     Exceptionnelles

Expulsion de la dent de sagesse supérieure dans le sinus maxillaire ou en arrière (fosse infra-temporale) : peut justifier une nouvelle intervention chirurgicale pour la récupérer.

Fracture de l’angle de la mâchoire : peut nécessiter de bloquer la mâchoire en position fermée pendant quelques semaines ou de mettre des plaques et des vis.

Névralgie : douleur vive et très gênante secondaire à l’atteinte d'un nerf alvéolaire inférieur ou lingual. Ces douleurs de traitement difficile sont heureusement très exceptionnelles.

2.    Tardives

Hypoesthésie ou anesthésie définitive de la sensibilité de la lèvre inférieure

Anesthésie définitive du bord de la langue

 

02 47 47 47 47 / Standard